LE SIGNAL AVERTISSEMENT.

Publié le mardi 21 juin 2022 à 19:26

Par GB, PM, FP. Le 21-06-22.

Les travaux entamés en 1926 par la commission sur l’unification de la signalisation, présidée par Monsieur VERLANT directeur de l’exploitation au PLM, donnèrent naissance à un nouveau signal: l’avertissement.

Il remplacera les signaux annonciateurs en service sur les différents réseaux.

Avertissement en signalisation lumineuse, présenté, avec son feu jaune orangé.

Historique.

A l’origine, la notion d’avertissement pour annoncer un signal d’arrêt carré ou sémaphore était donnée suivant les réseaux par:

-Un disque rouge.

 Pour observation de nuit, une lanterne placée derrière le disque présentait:

  • Un feu rouge grâce à une lentille rouge lorsque le signal était fermé.
  • Le feu blanc de la lanterne lorsque le signal était ouvert.

L’histoire du disque rouge sera étudiée dans un futur dossier Docrail.

-Le damier fixe vert et blanc, dénommé indicateur de bifurcation. Il annonçait le carré protégeant la bifurcation.

Pour observation de nuit, il était directement éclairé par une lanterne.

Certains signaux (principalement à l’Ouest et à l’ETAT) portaient en plus une indication en hectomètre correspondant à la distance entre ce signal et le carré.

Indicateur de bifurcation en forme de losange à damier vert et blanc. La lanterne pour observation de nuit est placée devant le signal. Le chiffre ”2” indique au mécanicien que le signal d’arrêt se situe à 200 m. Mantes Gassicourt.

Le code de 1885 avait admis que l’indicateur de bifurcation à damier vert et blanc sous forme de carré ou de losange pouvait être utilisé pour annoncer un signal d’arrêt.

Indicateur de bifurcation de forme carrée à damier vert et blanc. Cité du train Mulhouse.

Avec l’augmentation des vitesses et du tonnage des trains au début du 20ème siècle, le signal indicateur à damier vert et blanc devint un signal annonciateur mobile enclenché avec le signal d’arrêt. Il pouvait ainsi occuper deux positions identiques à celle du carré, ce qui améliora le débit des lignes ainsi équipées. 

Signaux Etat. Carré à damier rouge et blanc N°23, disque vert de ralentissement N°15, et losange à damier vert et blanc. Les deux feux verts verticaux pour observation de nuit sont visibles: Un dans la cible et l’autre en dessous. A gauche la lanterne.

Le réseau de l’Est fût le premier à appliquer cette nouvelle fonction en 1909 et donna le nom de répétiteur de carré à ce signal. Il était implanté entre 800 et 1000m avant le carré. Les réseaux de l’Ouest, de l’ETAT, du PO et du MIDI adoptèrent aussi cette solution.

Pour observation de nuit:

-Le signal carré à damier vert et blanc présentait:

  • Deux feux verts sur une ligne horizontale en position fermée.
  • Un feu blanc en position effacée (ouvert).

-Le signal losange à damier vert et blanc (carré sur pointe) présentait:

  • Deux feux verts sur une ligne verticale en position fermée.
  • Un feu blanc en position effacée (ouvert).

La forme du signal annonciateur (carré ou losange) donnait au mécanicien une information de distance entre ce signal et le carré. Le losange à damier vert et blanc était généralement groupé avec un signal d’arrêt intermédiaire et annonçait un signal d’arrêt proche.

Potence EST, à gauche deux signaux annonciateurs, carré sur pointe, avec damier vert et blanc. Ici ils sont mobiles et enclenchés avec le signal carré annoncé. Sur le réseau de l’EST les verres colorés des feux verticaux pour observation de nuit sont situés directement sur la cible, ce qui donne une forme de flèche au damier blanc situé à droite de la cible. Les cibles circulaires sont des disques vert de ralentissement.

Le sémaphore était annoncé par le disque rouge.

La région Nord utilisera plusieurs types de signaux d’annonce:

-Un signal annonciateur fixe en forme de losange à damier vert et blanc avec éclairage par transparence pour observation de nuit. Des plaques de verres colorées remplacent la cible peinte.

Réseau Nord , avec le contre jour, la transparence du signal annonciateur à damier vert et blanc est visible. Derrière, on devine la lanterne pour l’éclairage de nuit. Au premier plan deux carrés typiques du réseau Nord avec les trous pour les feux au milieu de la cible. Derrière le signal annonciateur un indicateur de direction type NORD (modèle après 1885).

-Le disque rouge pour annoncer le sémaphore.

-la Palette SEM (palette SEMaphorique) comme signal annonciateur de sémaphore de block. Pendant la première guerre mondiale, pour augmenter le débit de certaines lignes, le réseau NORD expérimenta la palette SEM pour annoncer le sémaphore de block. Elle reçut l’autorisation ministérielle d’utiliser la palette SEM comme signal d’annonce du sémaphore en 1923. Elle était implantée entre 1000 et 1200m avant le sémaphore. D’aspect semblable à un sémaphore, la palette était peinte en vert avec une bordure blanche.

Pour observation de nuit, l’éclairage d’une lanterne se reflétait sur des miroirs et donnait:

  • Une bande verte horizontale en position fermée.
  • Une bande blanche inclinée à 45° vers le sol en position voie libre.
Palette SEM NORD en position signal ouvert, voie libre. La palette est verte avec bordure blanche. Elle est équipée de l’éclairage par lanterne à pétrole. Le disque rouge placé à gauche est aussi en position ouvert, sa lanterne pour observation de nuit est en position basse.

Le réseau Alsace Lorraine avait été équipé, sous occupation allemande (1870 à 1918), de signaux d’annonce présentant un disque jaune. La manœuvre d’ouverture était différente de celle des autres réseaux, la rotation se faisait selon un axe horizontal. Ils furent conservés après 1918.  

Pour observation de nuit:

  • Deux feux jaunes sur une ligne oblique pour signal fermé.
  • Deux feux verts sur une ligne oblique pour signal ouvert.  

Le PLM resta fidèle au disque rouge.

Code VERLANT.

Signal d’avertissement avec sa tôle émaillée jaune avec bordures noir et blanche sur mât type EST. Le signal placé au dessus est un ralentissement 30. LURE.

La commission Verlant adopta un type unique de signal d’annonce, aussi dénommé signal à distance, l’avertissement:

-En signalisation mécanique il présente: une cible jaune en forme de losange (carré sur pointe) avec une double bordure noire et blanche.

Pour observation de nuit:

  • Un feu jaune lorsque le signal est fermé.
  • Un feu vert, indiquant la Voie Libre, lorsque le signal est ouvert.
Signal combiné carré à damiers rouges et blancs et Avertissement sur mât unifié. Pau. Les feux pour observation de nuit sont situés sous le carré.

-En signalisation lumineuse: un feu jaune orangé.

La couleur jaune orangé fut retenue pour sa bonne visibilité en signalisation lumineuse.

Avertissement en signalisation lumineuse. La couleur du feu jaune orangé est facilement identifiable.
Extrait du règlement général de sécurité TITRE I SIGNAUX de 1941.
Avertissement présenté sur un signal de forme circulaire, le T.I.V à distance de forme pentagonale présente le chiffre “3” ( en dizaine de km/h soit 30) devant être respecté par les trains de messageries et marchandises. Ligne à voie unique La Roche sur Foron/Saint Gervais
En signalisation lumineuse l’avertissement peut-être associé à d’autres indications de limitations de vitesse sur une même cible, ici Rappel de ralentissement 30 (Deux feux jaunes orangés verticaux) +avertissement. Le mécanicien doit être en mesure de s’arrêter avant le signal d’arrêt annoncé suivant sans dépasser 30 km/h au franchissement des aiguilles correspondantes.
Saint Germain des Fossés sémaphore PLM avec avertissement. Ici la cible est fixe donc toujours présentée.
Ligne d’Auteuil, disposition rare pour ce signal avec la cible disposée horizontalement, le feu de l’avertissement se retrouve placé à droite du fait de la rotation de la cible à 90° à gauche.

Cas particuliers :

Le NORD

La région NORD obtiendra deux dérogations:

  • Une pour l’annonce des sémaphores de block, en conservant les palettes SEM. Elles seront repeintes en jaune avec bordure noire et blanche. Pour observation de nuit présentation d’une ligne jaune, signal fermé, ou d’une ligne verte pour signal ouvert. La dernière palette SEM sera déposée en 1980.
  • Une pour les signaux annonciateurs les verres verts et blancs seront remplacés par des verres jaunes et l’éclairage par transparence conservé. Ces signaux disparaîtront après-guerre, plus aucun signal de ce type était en service en 1951.
Palette SEM en version code Verlant. Elle est peinte en jaune et l’on retrouve la double bordure noir et blanche.
Extrait du règlement général de sécurité TITRE I SIGNAUX de 1941.
Palette SEM et disque rouge en position fermés sur potence NORD. Ici l’éclairage de la palette est électrique (pièce ronde au niveau de l’axe de rotation) ainsi que pour le disque dont les feux pour observation de nuit sont placés à gauche du disque.
Détail d’une palette SEM avec unité d’éclairage électrique. Les miroirs de chaque coté du feu sont visible.

L’Alsace Lorraine.

Lors de l’application du code Verlant les disques jaunes furent remplacés par des cibles unifiées en forme de losange jaune. La position d’ouverture de la cocarde resta identique (effacement selon une ligne horizontale).

Cité du train à Mulhouse. Palette SEM au premier plan.
Signaux AL (Alsace Lorraine) derrière le poste: Avertissent sur mât ex AL ,la cible s’efface au dessus du mât selon une ligne horizontale. A droite signal principal à deux ailes présenté en position ARRET.

Le Pré-avertissement et le feu jaune clignotant.

L’avertissement est implanté à une distance telle que le train le plus rapide sur la section de ligne puisse s’arrêter dans les conditions normales devant un signal d’arrêt (carré ou sémaphore) fermé.

Dans certains cas, la distance d’arrêt entre l’avertissement et le signal d’arrêt est insuffisante pour que les trains puissent s’arrêter dans des conditions normales:

-Cantons courts en zones de banlieue.

-Augmentation de la vitesse des trains.

Pour résoudre ce problème il fut décidé en 1941 qu’il fallait renseigner le mécanicien par un signal précédent l’avertissement.

Le Pré-avertissement.

La solution retenue en signalisation lumineuse fut d’associer deux feux sur une même cible.

Feu vert et feu Jaune fixes sur une ligne verticale.

Le pré-avertissement impose au mécanicien de franchir l’avertissement suivant à 90 km/h pour les trains munis du frein continu voyageurs et à 50 km/h pour les autres trains.

A partir du 1 février 1968, une nouvelle notion de vitesse est imposée pour certains catégories de trains: 110 km/h au franchissement de l’avertissement pour les trains équipés du frein à haute puissance.

Extrait du règlement général de sécurité TITRE I SIGNAUX de 1941.

Feu jaune clignotant

A partir de 1970 l’association vert plus jaune fût remplacée par le feu jaune clignotant. Pour cela on utilise le le feu jaune de l’avertissement. Le dernier Pré-avertissement vert plus jaune disparaitra en 1975.

Le franchissement d’un feu jaune clignotant n’impose pas le respect de certaines vitesses au franchissement de l’avertissement suivant, éventuellement présenté.