Nîmes, années 80.

Publié le jeudi 20 octobre 2022 à 13:13

Par H&B R, TJP, GB. Le 18 Octobre 2022.

Aujourd’hui, balade à Nîmes dans le milieu des années 80.

L’ensemble ferroviaire Nîmois se compose d’une gare en estacades, comme pour l’ancienne ligne de la Bastille, à Paris, ce qui est rare en France, un dépôt assez important, à l’Est de cette gare.

Un triage dit de “Courbessac” deux ateliers wagons, un privé et un SNCF.

Cet ensemble, outre d’être placé sur la très importante transversale Marseille-Bordeaux, possède trois bifurcations:

A l’Est:

Commandée par le poste de Nîmes marchandise 1, en direction du Teil et la ligne , à cette époque réservée aux trafics marchandises, de la rive droite du Rhône.

Commandée par le poste de Nîmes marchandises 3, vers Alès et Clermont-Ferrand par Arvant.

Cette bifurcation a une particularité, elle n’est pas dirigée dans la direction de la gare mais celle du triage.

Ceci impose un “rebroussement” et donc des évolutions sous direction des postes 1 de Nîmes voyageurs et , donc du P3.

Cette sujétion est lourde en perte de temps et de moyens, à notre connaissance ce cas restait unique en France pour une telle distance de circulation (+- 2 kilomètres).

Un raccordement, mis en service en 2013, a mis fin à cette situation.

A l’Ouest:

La bifurcation de Saint-Césaire permet l’accès à la ligne du Grau du Roi.

Toutes ces lignes sont actives aujourd’hui.

Bruno et son frère Hervé, très actifs sur le site Docrail, nous ont concocté un petit reportage photos entre gare et dépôt en 1985, nous les suivons.

Schéma des installations ferroviaires de Nîmes. En gras, les voies principales. Les voies arrivant d’Alès nécessitent un rebroussement soit à l’arrivée soit au départ via la voie A ou le faisceau de rebroussement pour desservir la gare de Nîmes. Un raccordement direct via une estacade a permis de supprimer le rebroussement à partir du 23 mars 2013.

Gare de Nîmes.

X 2727, modernisé, tractant une XR 6000, se met en place pour repartir vers la ligne de l’Allier, par rebroussement. La mise en place de disques rouges translucides sur les fanaux blancs laisse à penser que les fanaux rouge centraux soient HS.
L’X 4205 va effectuer cette même manoeuvre en direction de la voie A de Nîmes marchandises P3.
ac
Le X 4205 va effectuer ce mouvement, un agent placé en tête de mouvement, donc dans le fourgon de la remorque commande par radio au mécanicien de refouler jusqu’au faisceau de Nîmes marchandises P3.
La desserte “Perrier” traverse la gare de Nîmes BB 66608 en tête. La rame est constituée de plat bâchés Rils 20 et de couverts classiques Gs 80. Les rames sont reprises par la SNCF au faisceau d’échange de Vergèze-Codognan à quelques kilomètres à l’ouest de Nîmes. Le train stationnera au relais du triage de Nîmes marchandises. Deux images.
Faisceau de rebroussement, rame de voitures du parc omnibus USI Y24 et BB 9506 en attente de départ.
La Z 7116, en tête de trois remorques “lourdes” XR 17100 et 27100, entre en gare de Nîmes en provenance d’Avignon via Tarascon.
La rame côtoie un X 2100 arrivé de la ligne du “Grau du Roi” dont la ligne se détache de l’artère Nîmes-Montpellier à la bifurcation de Saint Césaire. A l’ouest de Nîmes en direction de Montpellier.
La BB 7409 traverse Nîmes avec une rame DB, assurant des liaisons Allemagne-Narbonne, et retour, en service d’été.
Automotrice Z 7513 en décoration d’origine sans chasse-obstacle.
Une Unité-Multiple UM de BB 67400, avec la BB 67567 titulaire, arrivée de Marseille, va rebrousser sous les ordres du Chef de la Manœuvre vers le faisceau de rebroussement du P3. Le train Marseille/Paris-Lyon s’appelle le “CEVENOL”. Ce train a été assuré en voitures CORAIL à partir de mai 1979. Cette relation disparaitra en décembre 2007. A l’origine le CEVENOL, mis en service en 1955, circulait uniquement entre Clermont-Ferrand et Marseille. A partir du 31 mai 1959 il sera assuré par des autorails Panoramique X4200. Puis en Corail lorsqu’il aura pour origine Paris.
Horaires du train 5958 CEVENOL service d’été 1982, son pendant Paris-Marseille porte le N° 5957.
L’autorail X 2106, va faire “l’impasse”, donc retourner de l’autre côté des remorques unifiées, par trois mouvements. Il assure les navettes Nîmes/Le Grau du Roi”.
L’X 4203 sortit du dépôt de Nîmes, avec ses deux remorques, et se met à quai, deux images.
L’arrêt est reporté en deuxième partie de quai, à l’Ouest de la gare, en vue de permettre un forcement par l’Est.
Départ vers Nîmes marchandises P3 faisceau de rebroussement d’un X 2100 et sa remorque.
Arrivée depuis la ligne du “Grau du Roi”.
La BB 9314 traverse la gare, en vue de sa mise en tête du train spécial.
Venant du Grau du roi un train spécial composé d’un couvert Gass 19, une voiture cantonnement OCEM RA du train Forum et une ex Vru 66 transformée, entre en gare.
Mise en tête de la 9314, la rame repartira vers Montpellier.
Circulation HLP de la CC 7149 en tête de gare coté poste 1.
Deux X 4200 vont partir vers la ligne de la vallée de l’Allier.
X 4206 est en tête.
La manoeuvre commence. Direction Alès et La Grand-Combe. Deux images.
La desserte Montpellier-Nîmes passe la gare en direction du triage de Nîmes marchandises.
La gare de Nîmes est placée sur une estacade de grande longueur, les arches sont occupées par des commerces ou de petites entreprises.
Les X 4200 sont omniprésents en gare de Nîmes.
Les X 4200 terminent leur carrière sur des services omnibus rayonnant autours de Nîmes. Ici le X4203.
UM de Z 7500 entrant en gare côté Tarascon.
La Z 7303, appartenant à la région Languedoc-Roussillon, une des premières décorations régionales. Les décorations régionales vont se généraliser dans la décennie suivante pour devenir la norme aujourd’hui.
Composition d’autorails en direction de la vallée de l’Allier X 2100 + X 2800 + deux remorques XR 6000.
Rapide “Grand Sud” de l’artère Bordeaux-Marseille, BB 7329 en tête.

Dépôt de Nîmes.

En quittant la gare par l’Est, la ligne principale vers Tarascon passe devant le dépôt de Nîmes, qui est le grand établissement de l’Est de la région Languedoc. Montpellier ne possédant pas d’établissement traction, autre qu’une annexe pour le personnel de conduite.

Un train complet de produits pétroliers blancs circule voie 2, devant la station-service du dépôt.
Toujours la station-service. Vue de l’autre côté des voies principales Nîmes-Tarascon.
De l’autre côté de la station, un grill diesel permet l’accès à la rotonde et sa plaque tournante. BB 67503 et BB 66604.
De l’autre côté, BB 66607.
De gauche à droite, la station, le grill diésel, les voies d’accès à la deuxième rotonde et le wagon de secours.
Le parc non couvert de la plaque principale. BB 66612 avec socs et BB 63619 équipé de gaines d’échappement pour raccordement aux wagons-filtres, la ligne des Cévennes possède de nombreux tunnels, les engins ainsi équipés sont utilisés sur les trains de travaux de la ligne.
La plaque principale n’est pas électrifiée.
Bruno nous fait un panoramique……
Où les BB 66600 et BB 63000 sont largement majoritaires.
Ce panoramique se termine par un…. Panoramique !!!!
Au nord de la rotonde diesel, il existe un deuxième parc, en partie électrifié, huit voies sont couvertes, les autres sont découvertes et donnent accès à l’atelier situé entre les deux plaques. La CC 7115 attend d’être manœuvrée par les agents du dépôt.
La partie couverte a reçu une toiture en tôle.
Le parc découvert possède encore les murs de l’ancienne rotonde. Celui-ci sert au stockage des engins qui ont quitté le service commercial, chasse-neige et outillages roulants. Trois images.
Réglementairement une machine continu laissée en service sous caténaire légère, doit avoir les deux pantographes levés.
A l’Est de ce parc, le grill électrique avec une UM de BB 8100.
Les BB 8100 sont, à cette époque omniprésentes de Paris-Lyon à Toulouse par la vallée du Rhône. Deux images.
Une BB 22200, la 33.
Sortie du dépôt, au bout du grill côté faisceau marchandises.
Un Catalan-Talgo Genève-Barcelone passe le long des sablières du dépôt sur voie 1 en direction de la gare de Nîmes.
Dernière vue d’un des engins emblématiques de ce dépôt, les Panoramiques.