Les Carrés violets

Publié le mercredi 24 novembre 2021 à 21:44

Par GB, FP, PM le 22 novembre 2021

Historique

Le signal carré violet, pour voies de service est le premier signal mis en service par la Commission Verlant de 1934. Il remplacera, à partir d’avril 1935, les signaux d’arrêt absolu spécifiques aux voies autres que celles utilisées pour les circulations, mis en service par les compagnies.  

Les réseaux du Nord et de l’Est utilisaient pour les voies de service les mêmes signaux carrés à damiers rouges et blancs que pour les voies principales.

Les réseaux du PLM et du PO employaient un disque jaune bordé de noir.

Disque jaune PLM sur mât bataille. Mulhouse musée du chemin de fer.

Les réseaux de L’OUEST, de L’ETAT et du MIDI employaient un signal à plaque carrée jaune avec bordure blanche.

Mantes, carré jaune d’arrêt absolu pour voie de service. La lanterne à pétrole est en position basse, le verre n’est pas teinté, de manière à présenter un feu blanc pour observation de nuit. La cocarde comporte un écran jaune.

Au Midi, le terme pour désigner ce signal était disque intérieur pour voies de service.

Ces signaux présentaient un feu jaune (signal fermé) pour observation de nuit. Le jaune était obtenu par un verre jaune rond fixé sur la cocarde et placé devant une lanterne à pétrole.

Sur le PO le feu jaune était placé sur le mat, sous la cocarde.

La voie libre (signal ouvert) présentait de nuit un feu blanc.

Le carré violet

Sur les voies de service, sauf cas particulier, il est fait usage de carré violet soit sous forme mécanique (cocarde violette bordée d’un liseré blanc) ou lumineuse. En signalisation mécanique un feu violet placé sous la cocarde, est associé pour observation de nuit.

Extrait du Titre I Signaux de 1941.
Peinture de la face avant des écrans des panneaux lumineux unifiés version 1949
Signal mécanique unifié, présentant le carré violet. les unités lumineuses pour observation de nuit sont placées sous la cocarde et fixées au mât.
Carré violet sur mât PO en position d’ouverture. La plaque supportant le verre teinté violet est directement fixée sur l’axe de rotation. St Denis-près-Martel.
Même signal que ci-dessus. Détail de l’unité lumineuse présentant le feu blanc.
Carré violet N°6 en gare de Flers. Les unités lumineuses ont été reportées de chaque côté du mât lors de la généralisation de l’alimentation électrique. La présence du trou circulaire dans la cocarde laisse penser qu’il s’agit surement d’un ancien carré jaune transformé en carré violet en 1935.
Carré violet PLM, reconnaissable à son grand verre circulaire teinté en violet. Montdauphin-Guillestre.
Carrés violets sur potence PO en gare d’Agen. Le verre teinté carré est placé, selon usage au PO, sur la cocarde. La commande des signaux est assurée par des câbles, les poulies et les contrepoids sont visibles sur le mât vertical.
Carré violet à cocarde réduite pour potence, installé sur un mâtereau unifié sur potence ETAT. Le Mans
Carré violet Midi identifiable par les angles coupés. Les flèches blanches sur le mât indiquent que le carré violet s’adresse aux 4 voies de service.
Le même carré violet en position « ouvert ». La lanterne à feu blanc pour observation de nuit est bien visible. Les taquets dérailleurs dans les voies sont abaissés.
Carré violet Cv 14 PO.
Carré violet Cv4 présentant le feu blanc. Cible métallique modèle 1949. Dépôt de paris Charolais. Ce type de panneau est dénommé type I.
Carrés violets lumineux, cible polyester. Chaque carré correspond à une voie. Le caisson sous la plaque de Nf et le numéro du signal présente à l’allumage l’autorisation départ, plaque mi blanche-mi verte . Dourges Delta3 2017.
Carré violet Cv 1252 vue depuis la machine.
Carré violet Cv21, cible polyester sur mât droit léger.
Carré violet Cv 2600 montage en drapeau avec grille de protection car la caténaire est proche du signal. Lyon Scaronne.

Le mécanicien circulant sur voie de service observe la marche en manœuvre.

Définition : 

La marche en manœuvre impose au mécanicien de s’avancer avec prudence, sans dépasser 30 km/h et en se tenant prêt à obéir aux signaux qu’il pourrait rencontrer ou qui pourraient lui être faits.   

Dans ces conditions, les signaux ‘’carré violet‘’ ne sont pas annoncés.

A l’ouverture, le carré violet peut présenter un feu blanc ou un feu blanc clignotant. Dans certaines configurations lorsque le carré violet est ouvert en direction d’une voie principale, il peut présenter voie libre, avertissement ou sémaphore sous la forme de signalisation lumineuse.

Extrait de Titre I Signaux de 1941
Signal mécanique unifié Cv 742 présentant un carré violet ouvert.
Lle même signal, Cv 742, en position d’ouverture vue côté voie. Le signal est effacé parallèlement à la voie, le mécanicien ne peut voir la cocarde.
Carrés violets en gare de Nice. Celui de gauche est monté sur mât léger surélevé. A droite carré violet panneau C réduit pouvant donner accès à une voie principale. Il peut présenter pour la direction de la voie principale: (de bas en haut) le feu jaune de l’avertissement, le feu rouge du sémaphore, le feu vert du voie libre. Pour les voies de service: Le feu violet, le feu blanc tout en haut.
Carré violet Cv 39, panneau I type 1949 sur mât léger. Sortie du dépôt de Laroche Migennes.
Cv 39 avec parasols longs. Laroche Migennes.
Cv39 et Cv41 sur mâts légers. Deux carrés violets deux époques. Laroche Migennes
Carré violet Cv41 sur mât léger moderne (Acier galvanisé) et panneau polyester.

Feu blanc clignotant

En signalisation lumineuse uniquement, le feu blanc clignotant indique que le carré violet est ouvert pour une manœuvre sur un parcours de faible étendue, en direction d’un SAS de manœuvre ou d’une voie en impasse (butoir). Il interdit le départ en ligne.

SAS : Portion de voie très courte encadrée de carrés.

Le carré violet de type bas

Carré violet de type bas Cv 156. Panneau dénommé K type 1949.

Le carré violet de type bas aussi appelé « violet nain » est implanté dans l’entrevoie. Il peut être utilisé sur les voies principales pour commander des manœuvres (manœuvre par refoulement). Il n’est pas fait usage de plaque de cantonnement. Seul le numéro du signal est indiqué sur une plaque de repérage de chaque côté du signal.

Le même signal vue de dos . Le numéro du signal est repris au dos pour que le mécanicien après renseignement par l’agent de manœuvre puisse identifier le signal à dégager lors des manœuvres.
Schéma d’un panneau K 1949 avec grille de protection des optiques.
Panneau K 1949. 1: Visière pour feu de 160 mm; 2: Unité lumineuse à 1 feu de 160 mm Saxby ou CAEE; 3: support de châssis; 4: Tirant de réglage de l’inclinaison; 5: Grillage de protection; 6: Ecran
Implantation d’un signal K 1949 version 1964 pour les peintures. Les distances e et c sont déterminées d’après un tableau en fonction de l’entrevoie, de la courbe et du dévers.
Massif de fondation pour carré violet de type bas

Au cours du temps des variantes et des modifications ont été apportées aux panneau K.

Panneau K 1967.
Panneau K 1967 vue de dos.
Panneau K 1967. 2: Tirant de réglage; 3: Ecran; 4: parasol long; 10: Boite légère à 1 feu de 160 mm.
Panneau K 1967. Le trou pour la lunette de visée sert à fixer cette dernière pour régler l’inclinaison du signal pour une observation optimale par les mécaniciens.
Implantation d’un panneau K 1967.
Carré violet de type bas Cv 59 avec cible polyester
carré violet de type bas présentant le feu blanc. Particularité de la voie de service permettant l’accès au dépôt du Charolais à Paris gare de Lyon, ce signal comporte deux numéros d’identification: Cv5 si commandé par le poste du dépôt pour rentée au dépôt du Charolais. Cv 252 commandé par le Poste II de Paris-Lyon pour aller en direction d’une voie en impasse.

Pour la mise en service de l’autoroute ferroviaire alpine Aiton-Orbrassano, en novembre 2003, les wagons dépassaient le gabarit bas; il fallut dégager des zones spécifiques sur l’itinéraire. Les carrés violets bas horizontaux furent remplacés par des verticaux. Il en fût de même pour la mise en service des trains Lorry-Rail sur l’axe Le Boulou-Perpignan en mars 2007.      

Carré violet de type bas Cv 225 en position verticale pour dégagement du gabarit bas pour passage de l’autoroute ferroviaire. Modane.
Carré violet de type bas, Cv 718, positionné verticalement en gare de Perpignan.